A-  A  A+
RSS

Hôtel de Ville

  • Place de la République
    29280 Plouzané
  • 02 98 31 95 30
  • 02 98 49 31 33
  • Contact
  • Horaires
plans

Météo

Paul Lareur : un homme remarquable, une vie bien remplie

Paul LareurPaul Lareur est né le 21 mars 1897 à Plouzané au lieu-dit Feunteun Sané. Son nom reste à jamais associé à la commune de Plouzané, qu’il a profondément marquée pendant plus de quarante ans. Fort d’une profonde connaissance des hommes, il a complètement consacré sa vie au service des autres. Sa personnalité et son parcours demeurent des exemples.

Homme de foi et de courage

Il fut cultivateur à Feunteun Sané dès l’âge de 13 ans. Par la suite, il a œuvré efficacement pour l’amélioration de la condition agricole, en fondant notamment la Coopérative Laitière de Brest et du Bassin de Châteaulin. Il a aussi créé en 1935 la Coopérative de Blé dite « la Brestoise » et il en fut le président. La coopérative s’est éteinte vers 1950. Il fut également le président de l’Association d’Adduction d’Eau de Plouzané, à la création de celle-ci.

Chrétien, il a assumé pendant de nombreuses années des responsabilités à la tête des associations des écoles privées de Plouzané. Pour ses éminents services rendus, il a été fait chevalier de la Légion d’honneur, officier du Mérite agricole, et décoré de la médaille d’honneur départementale et communale.

Marié à Angèle Appéré en 1931, ils ont eu tous deux quatre enfants : Jo, Marie, Paul et Christiane. Il s’est éteint un matin de Pâques 1978 à l’âge de 81 ans. 3 000 personnes étaient présentes pour ses obsèques à Plouzané. Plus tard, la commune a donné son nom au parc du bourg, le parc Paul Lareur.

Maire de Plouzané de 1935 à 1971

Maire à 38 ans, il a succédé à son frère Joseph qui avait été également maire pendant douze ans. Celui-ci avait lui-même succédé à son père qui avait été maire pendant une trentaine d’années.

Ses six mandats consécutifs, lui on fait traverser des épreuves difficiles mais sa force de caractère et son charisme lui ont notamment permis de surmonter le fléau de l’Occupation. Cette période fut pour lui, comme pour tous, une épreuve très difficile à supporter. De 1940 à 1944, il fut exposé au premier plan dans sa commune. Il n’avait alors pas un rôle facile et se retrouvait souvent seul face à ses responsabilités. Tiraillé entre les exigences de l’Occupation et la protection de la population, il eut toujours à cœur de servir l’intérêt des habitants.

Paul Lareur fut également conseiller général de 1945 à 1970.

Les points forts de ses mandats furent la reconstruction et l’alimentation après la guerre, l’adduction d’eau et le désenclavement des exploitations. Il est aussi à l’origine de l’électrification et en présida le syndicat du canton de Saint-Renan.

« Servir et non se servir »

L’électrification des fermes et des hameaux de Plouzané débuta en 1951 et dura 8 ans. Jusque-là, seuls le bourg et la Trinité étaient électrifiés. Pendant la guerre, les Allemands avaient créé une ligne provisoire pour alimenter Feunten Sané car une chambre y était réquisitionnée et occupée par des soldats. En 1944, lors de la Libération, cette ligne fut détruite et Paul Lareur refusa de la rétablir tant que la commune ne fût entièrement pourvue. Il ne revit la lumière électrique chez lui qu’en septembre 1959 après que tous les Plouzanéens ont été servis. C’était là un trait de son caractère : sa devise était « servir et non se servir ».